Le « fundraising », ressource d’appoint ou enjeu majeur pour l’enseignement supérieur ?

Lundi 1 octobre 2018 - 09:30

L’enseignement supérieur français serait-il en passe de se convertir pour de bon au « fundraising » ?

Le financement, même partiel, des établissements et de leurs activités par des donateurs privés ne fait, certes, pas partie de la culture française. A l’inverse de ce qui se passe outre-Atlantique, où les universités les plus cotées disposent parfois de trésors de centaines de millions de dollars. En France, aux yeux d’une très large part de la population, c’est d’abord à l’Etat (et donc aux contribuables, rappelons-le) qu’il appartient de fournir à l’enseignement supérieur les moyens financiers de son existence. Ou à la rigueur, dans le cas des grandes écoles privées, aux parents d’étudiants, via les frais de scolarité.

 

 

Veille disciplinaire proposée par P. MONTROZIER