Lettre de rentrée 2015

Lettre de rentrée de Marie-Noëlle Grenier-Lenclos, Inspectrice d’Académie, Inspectrice Pédagogique Régionale d’Éducation musicale et de Chant Choral
Téléchargez la lettre au format pdf : 2015-09-22_lettre_de_rentree.pdf

Mesdames et Messieurs les professeurs Éducation musicale et de Chant choral,
Sous couvert de Mesdames et Messieurs les Chefs d’Établissements

Chers collègues,    

Tout d’abord, je viens vous souhaiter une excellente année scolaire riche en réussites personnelles et professionnelles et tiens à vous dire le plaisir que j’ai à travailler avec vous. En ce début d’année scolaire, je félicite naturellement les lauréats des différents concours d’enseignement, internes et externes, et souhaite une bonne installation aux nouveaux collègues qui intègrent notre académie.

La présente lettre constitue la déclinaison disciplinaire de la lettre de rentrée commune à l’ensemble des inspecteurs de l’académie de Montpellier qui, à l’instar de l’année dernière, vous est adressée conjointement.

***

La présente année scolaire est marquée par la parution officielle prochainement des nouveaux programmes de collège des cycles 3 et 4. Ils s’appuient sur la loi  n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République, et sur le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture paru au BO n° 17 du 23 avril 2015. Leur mise en œuvre s’effectuera à la rentrée 2016, pour tous les niveaux de classe simultanément, en même temps que l’application de la réforme du nouveau collège. Je vous confirmerai dans les semaines qui viennent l’organisation de rencontres décentralisées dans toute l’académie.

Je tiens à rappeler l’attention que je porte à nos outils de communication et aux ressources numériques disciplinaires. La fréquentation régulière du site académique, nourri à partir de propositions pédagogiques des professeurs, et qui connaîtra très bientôt une évolution dans sa présentation, est devenue aujourd’hui indispensable pour disposer d’informations rapides, riches et fiables. Il permet en outre d’accéder directement au portail national de Musique sur Éduscol ainsi qu’au site national de l’éducation musicale sur Éduscol.

En matière de communication, je vous rappelle l’absolue nécessité d’utiliser votre adresse professionnelle académique, (prenom.nom@ac-montpellier.fr), pour tout échange lié à votre métier de professeur. Cette adresse doit être activée, si elle ne l’est pas encore, sa boîte aux lettres consultée et vidée régulièrement, ce qui est loin d’être toujours le cas. C’est une nécessité déontologique et la condition première d’une communication efficace entre vous-même et votre administration. J’adresserai mes messages sur ces seules adresses professionnelles, notamment à travers la liste de diffusion, et ne répondrai plus aux messages personnels qui seront envoyés depuis vos adresses électroniques privées.

Plan Académique de Formation  2015-2016 (PAF)

De nombreux stages de formation continue sont proposés au PAF et peuvent vous intéresser. Les inscriptions à ces formations seront closes le 22 septembre pour les formations autres que préparant aux concours. Pour consulter les dispositifs offerts et vous inscrire individuellement, il suffit de vous connecter à l’adresse http://.si2d.ac-montpellier.fr/arenb.

Voici les dispositifs (particulièrement) destinés aux professeurs d’éducation musicale, stages à inscription individuelle :

15A0110092 : FO2FO et pilotage des rencontres chorales inter-EPLE (dont ARECOS)

15A0110091 : formation des enseignants contractuels

15A0110093 et 15A0110801 : utilisation des ressources corporelles et vocales

15A0110124 : préserver sa voix, l’utiliser pour assurer sa présence

15A0110125 : corps et voix au service de l’enseignement

Offre de formation collective :

15A0110806 : opéra et mise en scène

15A0110064 : soundpainting : art de la composition en temps réel

15A0110708 : faciliter la création d’un PEAC de l’élève à partir d’un thème 

Offre de formation collective. Il s’agit de formations qui ne sont pas ouvertes à inscription individuelle ; ce sont les chefs d’établissement qui inscrivent une équipe de professeurs de leur EPLE ou de plusieurs EPLE du bassin, à la demande des équipes enseignantes ; les professeurs intéressés doivent donc se faire connaître  auprès de leur équipe de direction.

Rappel : les professeurs des établissements privés peuvent s’inscrire à l’adresse précitée, selon le même calendrier.

Certification complémentaire :

Je vous encourage vivement à vous inscrire aux certifications complémentaires à propos desquelles vous trouverez tous les renseignements sur le site académique, afin d’élargir le champ de vos compétences professionnelles.

Inspection individuelle 2015 – 2016

Cette année encore, nous serons deux à mener les visites d’inspections, Madame Sylvie JACQUET, professeure chargée de mission auprès de l’inspection pédagogique, et moi-même. Nous rencontrerons plusieurs dizaines d’entre vous cette année à l’occasion de nos visites dans les établissements et de nos inspections. C’est un moment essentiel de notre travail en commun auquel, tout comme vous, nous attachons une grande importance. Vous trouverez en Annexe 1 un document précisant les objectifs poursuivis par ces inspections, nos attentes, et les modalités de réalisation de celles-ci. Nous vous remercions de le lire attentivement. Il est indispensable que notre rencontre et notre dialogue, d’abord pensés selon une logique formative, soient organisés sur des bases claires, partagées,  ainsi qu’une confiance réciproque.

Musique au baccalauréat

Comme les années précédentes, je ferai appel à un grand nombre d’entre vous pour assurer le déroulement des épreuves de l’option facultative de Musique au baccalauréat, et je souhaite attirer votre attention sur les 3 points suivants :

  • La connaissance des œuvres de ce programme et des problématiques qu’elles irriguent s’impose d’elle-même à chacun d’entre vous. Les œuvres retenues dans ces programmes ne sont pas réservées à l’enseignement en lycée mais ont également été choisies pour les opportunités d’exploitation pédagogique qu’elles offrent au collège.
  • Je vous communiquerai dès que j’en aurai connaissance les dates de l’épreuve dans notre académie, dès qu’elles auront été validées par Madame le Recteur.
  • Seules les absences justifiées par l’envoi d’un arrêt médical prescrit par le médecin à faire parvenir par voie hiérarchique au responsable de l’organisation de l’épreuve à la DEC du Rectorat seront autorisées.

Je vous laisse chacun se reporter à l’Annexe 2 afin d’obtenir tous les renseignements nécessaires concernant les options et les programmes limitatifs pour la session 2016

Pratique du chant choral

En marge des objectifs musicaux poursuivis, force est de constater que ce vecteur original développe de nombreuses compétences transversales ciblées par le socle commun. Dans chaque collège où elle rayonne, la chorale sert – dans la continuité comme dans la durée – les ambitions d’une égalité des chances  pour tous en matière d’éducation artistique et culturelle, mais aussi de développement des compétences sociales et civiques des adolescents au moyen :

  • des projets inter-disciplinaires réunissant plusieurs établissements (écoles, collèges, lycées) et la fréquentation par les élèves de scènes professionnelles du spectacle vivant (pratique de la scène en tant que choriste, ou spectateur de ses camarades)
  • de la rencontre et la complicité avec des artistes, techniciens du son et de l’image)
  • de la fréquentation des lieux de diffusion du spectacle vivant et la découverte des métiers qui les animent

En conclusion de l’Editorial qu’elle signe dans la plaquette académique 2015 de l’ARECOS, à l’occasion des 20 ans de l’association, Madame le Recteur souligne que « […] cette action culturelle est une réponse ambitieuse aux priorités nationales et académiques. Grâce à l’engagement humain, artistique et pédagogique, au nombre et à la qualité des projets, c’est une réalisation qui mérite, au fil des années, tous nos encouragements.

Rappelons que le 19ème festival académique de chant choral qui s’est déroulé en 2013-2014 a rassemblé 65 établissements, 3100 élèves ayant participé aux 17 concerts inter-niveaux écoles / collèges/ lycées situés dans une quinzaine de villes de la région.

Je ne peux qu’encourager les professeurs d’Éducation musicale exerçant en collège et/ou en lycée à nouer des projets pédagogiques entre leurs établissements, dans et hors de la classe. Les opportunités de productions musicales communes et de rencontres artistiques qu’offre spécifiquement l’enseignement du chant choral sont nombreuses.

L’Association Régionale pour l’Expansion des Chorales et Orchestres Scolaires (A.R.E.C.O.S.) a été créée pour promouvoir les chorales et ensembles instrumentaux des établissements de l’Académie et pour aider à la mise en œuvre de rencontres chorales inter-établissements. Association agréée par le Rectorat, l’A.R.E.C.O.S. propose aux établissements qui le souhaitent une aide aux projets qui peut être formalisée par une convention, et prendre diverses formes : subvention, aide aux transports, prêt de matériel, conseil et assistance pour l’élaboration et la gestion du budget, la communication, etc.

Pour inscrire votre projet de rencontre chorale dans la programmation 2015-2016, contactez Jean-Michel Vallot, président de l’Association : jean-michel.vallot@ac-montpellier.fr.

Retrouvez davantage d’informations sur les actions de l’Arecos sur le site disciplinaire (http ://pedagogie.ac-montpellier.fr/musique/index.htm), en suivant Partenaires >>Arecos).

A consulter :  site académique de l’Académie de Montpellier rubrique « Ambiances de rencontres chorales » : http ://ac-montpellier.fr suivre Pédagogie, Enseignement généraux, Education musicale.

Site de la FNCS  (Fédération Nationale des Chorales Scolaires) : www.fncs.fr

Élèves au concert

Je souhaite souligner l’existence et  le développement de nos partenariats pour des actions auprès des adolescents avec l’Opéra et l’Orchestre National de Montpellier Languedoc-Roussillon et l’association JMF.  Cette démarche est fortement soutenue par la DAAC (Délégation Académique à l’Action Culturelle du Rectorat). Je vous invite à consulter la plaquette de l’Opéra et de l’Orchestre ainsi que cella des JMF afin d’y consulter leur offre très riche.

DAAC

Pour l’année 2015-2016, la professeure chargée de mission Musique et Musiques actuelles auprès de la DAAC est Madame Magali BIAU (magali.biau@ac-montpellier.fr).

Les différents dispositifs de l’Action Culturelle

Voir le tableau récapitulatif des dispositifs sur le site de la DAAC
http ://www.ac-montpellier.fr/sections/enseignement-scolaire/actions-educatives/education-artistique/textes-consulter/tableau-recapitulatif.

Retrouvez davantage d’informations sur les différents dispositifs sur le site disciplinaire  en suivant Partager >> ...

L’offre partenariale des services éducatifs

Orchestre et Opéra de Montpellier Languedoc-Roussillon (Euterp.)

De nombreuses actions prennent appui sur les services éducatifs de l’orchestre et de l’Opéra de Montpellier (accès à certaines répétitions, visites de l’Opéra, préparations en classe, ateliers vocaux, etc). Elles sont mises en œuvre sur inscription sous forme de classes à PAC ou de projets artistiques. Inscription et suivi de ces actions sur le site de la DAAC.

Contact Orchestre : Nicolas Baumann nicolas.baumann@ac-montpellier.fr

Contact Opéra : Bénédicte Auriol-Prunaret benedicte.auriol@ac-montpellier.fr

Retrouvez d’autres informations sur le site disciplinairel en suivant Partager >> Services éducatifs >> ...

Jazz à Junas

L’association Jazz à Junas programme tout au long de l’année des concerts d’artistes internationaux. Le service éducatif propose d’accompagner les projets artistiques et classes à PAC liées au jazz : rencontres avec des artistes, ateliers ponctuels de pratique musicale (improvisation, percussions, etc.) ou tout autre projet.

Contact : Dominique Negraud-Morin : dominique.jazzajunas@orange.fr ou jazz.junas@wanadoo.fr
Retrouvez davantage d’informations sur le site disciplinaire

Théâtre de l'Archipel

Professeur chargé de mission : pierre.branchi@ac-montpellier.fr

Concours 2016

cf. Annexe 3

Chers collègues, en cette nouvelle année scolaire, à travers notre action et les différents échanges que nous pourrons développer avec vous, notre objectif premier sera bien de vous aider à poursuivre votre réflexion pédagogique et didactique. Notre ambition commune est de continuer à proposer dans les classes un enseignement pertinent, efficace, attrayant et soucieux de la réussite de tous les élèves qui nous sont confiés.

Dans l’attente de vous rencontrer, je vous souhaite une année professionnelle sereine et fructueuse.

 Je vous souhaite à tous une excellente année scolaire.

Bien cordialement,  Marie-Noëlle Grenier-Lenclos.

 

Annexe 1 : inspection individuelle 2015-2016

Pour mémoire, tout professeur peut prendre l’initiative d’adresser une demande d’inspection à l’IA-IPR de sa discipline. Le cas échéant, cette demande doit m’être adressée par courrier sous couvert du chef d’établissement. Il sera donné suite à cette demande en fonction des priorités déjà établies dans le cadre du plan d’inspection prévu pour l’année scolaire.

Au cours de ces inspections, l’inspection pédagogique régionale n’attend  nullement la conformité à des normes supposées, mais au contraire un enseignement attentif aux élèves et à leurs besoins. Une démarche pensée, justifiée, attentive à la réussite des élèves conduit à la singularité, voire à l’originalité.

Dans tous les cas, nous vous invitons à lire attentivement vos derniers rapports d’inspection et les pistes de réflexion qui y figurent. L’inspection s’appuiera nécessairement sur ce document pour évaluer le travail du professeur. L’inspection est en effet un temps privilégié de réflexion qui doit faciliter et guider le travail de l’enseignant pour plusieurs années. La prise en compte de ce bilan d’étape constitue un élément de l’évaluation.

Pour l’année 2015-1016, au regard des priorités nationales et académiques, nous serons particulièrement attentives  à la continuité des apprentissages,  aux pratiques d’enseignement et d’évaluation par compétences et ainsi qu’aux usages pédagogiques du numérique. Les équipes d’Éducation musicale, lorsqu’il y en a (2 ou 3 professeurs) doivent prendre en compte ces priorités académiques et se doter d’un projet disciplinaire qui envisage comment nos disciplines concourent à la réussite des élèves et à la mise en œuvre de ces objectifs dans le cadre du projet d’établissement. Ce projet disciplinaire permet en outre d’alimenter la réflexion du Conseil Pédagogique et du Conseil écoles-collège.

Je sommes toujours ouverte à toutes les stratégies et choix pédagogiques, sans exclusive, du moment qu’ils sont justifiés et argumentés. Néanmoins, je suis aussi attentive à certains nombres de points : 

  • l’heure de cours constitue le fruit d’un projet intellectuel et pédagogique de l’enseignant s’insérant dans une séquence ;
  • ce projet conduit à des choix indispensables que le professeur peut justifier ;
  • ce projet permet de réaliser des apprentissages sous l’autorité et la conduite du professeur ;
  • ces apprentissages servent la production d’un sens, amenant l’élève à répondre à la problématique définie initialement par le professeur avec le projet de sa séquence ; la quête de ce sens se manifeste par la formulation d’un enjeu intellectuel que les élèves comprennent et adoptent ;
  • les apprentissages sont envisagés pour tous les élèves et une attention particulière doit être portée aux élèves les plus en difficulté ;
  • au sein de ces apprentissages, la capacité à produire, en autonomie,  constitue un enjeu majeur pour nos disciplines : c’est la rencontre entre les connaissances et les compétences.

Lors de nos visites d’inspection en cours d’Éducation musicale, nous souhaitons pouvoir disposer, au début du cours, des documents suivants :

  • Déroulé de la séance visitée, avec exemplaires des documents supports du cours
  • Place de la séance observée dans la séquence en cours
  • Cahier de textes de la classe (papier ou numérique)
  • Progression de la classe au sein du parcours annuel de formation dans le niveau de la classe
  • Parcours annuel de formation pour l’ensemble des niveaux du collège (questions transversales, problématiques, répertoire)
  • Contrôles d’élèves corrigés (s’il y a évaluations écrites)
  • Volet culturel du projet d’établissement incluant les réalisations chorales et/ou instrumentales

Ces documents permettent de situer le cours observé dans la cohérence du parcours musical de l’élève ; ils constituent également de précieux supports révélateurs de vos choix didactiques et pédagogiques, durant l’entretien post-inspection.

Annexe 2 : musique au baccalauréat

  • Épreuve facultative au baccalauréat

Les modalités actuelles des épreuves de spécialité et facultatives de musique pour la session 2014 du baccalauréat ont  été publiés au BO n°14  du 5 avril 2012 et reproduites ci-dessous.

Épreuve facultative, toutes séries générales et technologiques

Épreuve orale de pratique et culture musicales.

Durée 40 minutes.

Partie A : 30 minutes maximum.

Partie B : le temps restant. Pas de temps de préparation.

L’épreuve est organisée en deux parties enchaînées et évaluées par le même jury. La partie A mobilise les compétences perceptives du candidat et sa culture musicale, la partie B lui permet de témoigner de ses pratiques musicales. Les deux parties de l’épreuve peuvent se succéder dans un ordre choisi par le candidat, la durée totale de l’épreuve ne pouvant excéder 40 minutes.

Une fiche de synthèse, remplie par le candidat et dont un modèle est joint en annexe 4, présente au jury les réalisations et études qui constituent le corpus du candidat élaboré tout au long de l’année scolaire. Y figurent notamment les pratiques musicales qui ont été conduites durant l’année scolaire ainsi que les orientations ayant présidé à l’étude des problématiques du programme. Ce document, dont la présentation au jury est obligatoire, n’est pas évalué mais permet au jury d’enrichir le questionnement du candidat durant les deux moments de l’épreuve.
Partie A : écoute comparée.

Deux brefs extraits d’œuvres musicales, dont l’un est obligatoirement issu d’une des œuvres du programme limitatif publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, sont écoutés successivement (au maximum à trois reprises). Guidé par les questions du jury, le candidat en réalise le commentaire comparé visant à souligner les différences et ressemblances des musiques entendues (caractéristiques, expressions, références, etc.). Certaines questions posées peuvent éventuellement s’appuyer sur un document (bref texte ou bref extrait de partition notamment) communiqué au candidat durant son interrogation et lui permettant d’enrichir sa réponse.

La fiche de synthèse permet d’élargir l’entretien à d’autres œuvres connues du candidat.
Le jury évalue les compétences perceptives du candidat et sa connaissance de problématiques étudiées dans le cadre du programme. Il apprécie également ses capacités à utiliser à bon escient ses connaissances et compétences musicales (vocales et/ou instrumentales)  pour resituer les extraits entendus dans l’histoire générale de la musique.

Partie B : interprétation.

Après avoir brièvement présenté la nature d’une pièce témoignant des pratiques musicales menées durant l’année scolaire, le candidat en interprète tout ou partie à l’aide de sa voix ou de son instrument, en étant éventuellement accompagné par ses partenaires habituels au lycée (quatre élèves maximum issus du lycée du candidat). Cette interprétation est suivie d’un entretien avec le jury.

L’évaluation porte sur la qualité artistique de l’interprétation (quel que soit le niveau technique auquel se situe le candidat) et sur la capacité du candidat à mettre la pièce choisie en perspective avec les problématiques du programme.

Pour l’ensemble de l’épreuve, un piano est mis à disposition du candidat. Tout autre instrument utilisé doit être apporté par les soins du candidat et sous son entière responsabilité.

Critères d’évaluation et notation

Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :

partie A notée sur 13 points ;

partie B notée sur 7 points.

Candidats individuels et candidats issus des établissements hors contrat d’association avec l’État

Ils présentent l’épreuve dans les mêmes conditions que les candidats scolaires.

Composition du jury

Chaque commission d’interrogation est composée d’au moins deux professeurs d’éducation musicale ou de musique enseignant en lycée et/ou collège ».

Les programmes limitatifs ont été publiés au BO n° 1 du 1er janvier 2015 et sont reproduits ci-dessous.

Musique – Option facultative toutes séries

Les œuvres qui suivent sont des références pour l’évaluation des élèves au baccalauréat, mais ne sauraient constituer l’ensemble des œuvres rencontrées et étudiées durant l’année. « Celles-ci sont bien plus nombreuses, certaines étant abordées par la pratique d’interprétation, d’arrangement ou encore de (re)création/manipulation, d’autres l’étant par l’écoute, la sensibilité, le commentaire et l’analyse auditive. » (extrait du programme fixé par l’arrêté du 21 juillet 2010, B.O. spécial n° 9 du 30 septembre 2010).

1 – Wolfgang Amadeus Mozart

 Divertimento K136, D Majeur

2 – Jean-Philippe Rameau, ensemble d’œuvres

Ces pièces et leurs « versions » imposées permettront d’approfondir les différentes perspectives imposées par le programme de terminale et notamment celles relevant de « l’œuvre et ses pratiques ».

Les interprétations précisées ci-dessous sont aisément accessibles sur les plateformes de téléchargement légal et seront les références pour l’épreuve du baccalauréat. Cependant, les candidats gagneront, tout au long de leur préparation à l’épreuve, à les comparer à d’autres versions dans le cadre des perspectives étudiées. 

Suite en sol

 

- La Poule

- Les Sauvages

1 – Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau,

2 – Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en mi

 

- Le rappel des oiseaux

 

1 – Robert Casadesus, in album Jean-Philippe Rameau

2 – Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en la

 

- Gavotte et six doubles

1 – Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau,

2 – Trevor Pinnock, in album Jean-Philippe Rameau, Complete works for harpsichord

 3 – Le jazz et l’Orient

Les cinq pièces présentées ci-dessous forment un des trois ensembles du programme limitatif du baccalauréat. Chacune évoque de façon singulière le dialogue des cultures, celles de l’orient et du bassin méditerranéen et celles du jazz occidental, lui-même issu d’une histoire partant de l’Afrique noire et passant par l’Amérique du nord avant d’investir la globalité du monde occidental.

La durée cumulée exceptionnellement longue de ces cinq pièces s’explique par l’esthétique même des cultures dont elles sont issues. Si les formes sont le plus souvent simples, le discours mélodique, le travail du phrasé ou encore l’ornementation exigent quant à eux un temps important pour se développer et permettre à l’auditeur d’en prendre la mesure. Les quatre problématiques du programme de terminale (l’œuvre et son organisation, l’œuvre et ses pratiques, l’œuvre et l’histoire, l’œuvre, la musique et les autres arts) pourront aisément être mobilisées pour réfléchir ces musiques, mesurer leur originalité et développer sur le même modèle des pratiques musicales originales.

Ibrahim Maalouf, They don’t care about us, in album Diagnostic ;

Rabih Abou-Khalil, Mourir pour ton décolleté, in  album Songs for Sad Women ;

Avishai Cohen,  Aurora, in album Aurora ;

Jasser Haj Youssef, Friggya, in album Sira ;

Marcel Khalifé, Caress, in album Caress.

  • Musique en spécialité série L

Épreuve obligatoire, série littéraire

L’épreuve de spécialité musique, affectée du coefficient 6, comprend deux parties : une partie écrite de culture musicale et artistique et une partie orale de pratique et culture musicales. Chacune des parties compte pour la moitié de la note globale.

Objectifs de l’épreuve

Elle vise à juger de l’atteinte des objectifs de cet enseignement, qui sont :

- permettre une maîtrise critique des connaissances et compétences requises pour pratiquer la musique ;
-  posséder une méthode d’analyse rigoureuse et outillée permettant le commentaire critique de toutes situations musicales ;

- disposer de repères chronologiques et diachroniques et géographiques et synchroniques permettant de développer une connaissance des styles, genres et esthétiques qui organisent la création ;
- diversifier et enrichir les démarches créatives dans le domaine des arts, de la musique et du sonore ;
- découvrir et connaître les ressorts de la vie artistique et musicale contemporaine dans la diversité de ses facettes.

V.1.1 Partie écrite de l’épreuve obligatoire : culture musicale et artistique
Durée : 3 heures 30

Première partie : 1 heure

Seconde partie : 2 heures 30

L’épreuve repose sur deux œuvres musicales identifiées par le sujet (titre, auteur ou origine, dates du compositeur et/ou date de composition).

Ces œuvres sont chacune présentées par l’audition d’un extrait significatif :
- l’extrait de la première œuvre, issue du programme limitatif publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative, est exclusivement écouté durant la première partie ;

l’extrait de la deuxième œuvre, hors programme limitatif, est écouté durant les deux parties de l’épreuve ; la durée de cet extrait peut être augmentée pour les besoins de la deuxième partie.

Lorsque l’œuvre intégrale est particulièrement brève, l’extrait diffusé peut correspondre à son intégralité.
L’épreuve, organisée en deux parties, débute lors de la première audition des extraits musicaux supports de la première partie. Le sujet est distribué 5 minutes après la fin de cette première audition.

Première partie : commentaire comparé des extraits musicaux

Guidé par des entrées de comparaison proposées par le sujet et relevant des grandes questions du programme de terminale, le candidat doit rédiger son commentaire faisant apparaître les différences et ressemblances des musiques diffusées et témoignant de ses connaissances sur l’esthétique et la sociologie de la musique.

Les deux extraits sont diffusés successivement, à quatre reprises au moins, selon un plan de diffusion précisé par le sujet et intégrant la première audition marquant le début de l’épreuve.

Seconde partie

Le candidat doit répondre à une série de questions portant sur l’œuvre identifiée et hors programme limitatif de la partie précédente et dont l’extrait représentatif, diffusé à plusieurs reprises selon un plan de diffusion présenté par le sujet, est éventuellement allongé dans sa durée (environ six minutes maximum).
Les questions posées peuvent concerner :

une ou plusieurs des grandes questions qui organisent la partie « contenus » du programme de la classe de terminale ;

 un ou plusieurs aspects caractéristiques de l’œuvre et de son interprétation ;
.  la description de l’organisation musicale qui caractérise tout ou partie de l’extrait diffusé.

Autant que de besoin, le sujet est accompagné de documents annexes identifiés sur lesquels le candidat peut s’appuyer pour enrichir ses réponses aux questions posées. Il peut s’agir, notamment :
. de la partition ou la représentation graphique adaptée correspondant à tout ou partie du document sonore.  D’un bref extrait du document précédent sur lequel le candidat est explicitement amené à répondre à une ou plusieurs des questions posées ;

 d’un document iconographique (reproduction d’une peinture, d’une photo, etc.) ;

d’un bref texte.

Lorsque le sujet s’accompagne de documents annexes, ceux-ci sont distribués au début de la seconde partie de l’épreuve.

Critère d’évaluation et notation

Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :

 première partie notée sur 7 points ;

 seconde partie notée sur 13 points.

V.1.2 Partie orale de l’épreuve obligatoire : pratique et culture musicales et artistiques
Durée : 30 minutes

Première partie : 15 minutes maximum

Seconde partie : le temps restant

La partie orale de l’épreuve est organisée en deux parties consécutives et évaluées par le même jury.

Première partie : pratique musicale

L’épreuve consiste en une interprétation vocale ou instrumentale individuelle ou collective (quatre élèves maximum issus des classes de musique du lycée du candidat) articulée aux pratiques musicales menées en classe, suivie d’un

entretien avec le jury.

Elle est organisée en deux moments successifs :

  1. l’interprétation : le candidat présente brièvement puis interprète (éventuellement accompagné dans les conditions précisées ci-dessus) une pièce de son choix intégrant ou suivie d’un bref prolongement original (variation, développement, improvisation, composition, etc.) ;
  2. b) l’entretien : le jury interroge le candidat sur le contenu du moment précédent. Il l’invite, d’une part, à préciser les articulations aux pratiques musicales conduites en classe et aux champs de questionnement qui organisent le programme de la classe de terminale, d’autre part, à expliciter la démarche créative poursuivie et les processus musicaux librement mis en œuvre dans le prolongement proposé. Le candidat illustre son propos d’exemples chantés ou joués.

Deuxième partie : culture musicale

Le candidat écoute un extrait significatif d’une œuvre hors programme limitatif, identifiée (titre, auteur ou origine, dates du compositeur et/ou date de composition) et explicitement référée à l’une au moins des « quatre grandes questions » qui organisent le programme de terminale. Guidé par les questions du jury, il est amené à la commenter du point de vue de la ou des questions du programme auxquelles elle se rapporte et à la comparer à, au moins, une des œuvres du programme limitatif. L’écoute peut être réitérée.
La présentation initiale comme les réponses apportées aux questions posées par le jury peuvent opportunément s’appuyer sur la voix chantée du candidat ou l’usage d’un instrument qu’il aura pris soin d’apporter (un clavier est à sa disposition dans la salle d’interrogation).

Critère d’évaluation et notation

Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :

- la première partie notée sur 10 points ;

- la seconde partie notée sur 10 points.

Composition du jury

Chaque commission d’interrogation est composée d’au moins deux professeurs d’éducation musicale ou de musique dont un (au moins) assure tout ou partie de son service en série littéraire – art-musique.

Candidats individuels et candidats issus des établissements hors contrat d’association avec l’État
Ils présentent l’épreuve dans les mêmes conditions que les candidats scolaires.

ATTENTION : veuillez noter la modification suivante parue au  BO n° 27 du 05 juillet 2012 :

La note de service n° 2012-038 du 6 mars 2012 publiée au B.O.EN n° 14 du 5 avril 2012 est modifiée comme suit :.
Dans la partie V.1.2 Partie orale de l’épreuve obligatoire : pratique et culture musicales et artistiques de la note précitée, le paragraphe qui suit le premier tiret « - Première partie : pratique musicale », le mot « quatre » est remplaçant par le mot « cinq ». L’annexe intitulée « Définition des épreuves Arts – Comparaison des épreuves orales (obligatoires et facultatives) » est supprimée.

V.1.3 Épreuve orale de contrôle, série littéraire

Durée : 30 minutes

Première partie : 15 minutes maximum

Seconde partie : le temps restant

Coefficient 6

L’épreuve est organisée en deux parties.

Première partie : pratique musicale

Le candidat interprète une pièce vocale ou instrumentale individuelle ou collective (cinq élèves maximum issus des classes de musique du lycée du candidat) articulée aux pratiques musicales de la classe. Il explicite son interprétation, en donne quelques éléments d’analyse et répond aux questions du jury sur le langage musical, l’origine et l’esthétique de l’œuvre interprétée.

Seconde partie : commentaire

Cette partie est organisée en deux temps :

a) premier temps : le jury propose au candidat l’audition d’un bref extrait significatif d’une des œuvres du programme limitatif publié au Bulletin officiel du ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et de la vie associative. Le candidat doit répondre à des questions relatives à l’extrait écouté comme à certaines des « grandes questions » du programme de terminale dont il peut témoigner. L’audition de l’extrait peut être réitérée. Le jury peut mettre à disposition du candidat la partition ou la représentation graphique adaptée correspondant à l’extrait écouté ;

b) second temps : le jury propose au candidat l’audition d’un extrait hors programme limitatif et non identifié.
Guidé par les questions du jury, le candidat le compare à l’extrait précédent et en réalise le commentaire comparé visant à souligner les différences et ressemblances des langages musicaux utilisés dans le cadre de l’une au moins des « grandes questions » qui organisent le programme de terminale.

Critère d’évaluation et notation

Cette épreuve est notée sur 20 points répartis comme suit :

la première partie notée sur 10 points ;

la seconde partie notée sur 10 points, à raison de 5 points pour le premier temps et de 5 points pour le second temps.

 Composition du jury

Chaque commission d’interrogation est composée d’au moins deux professeurs d’éducation musicale ou de musique dont un (au moins) assure tout ou partie de son service en série littéraire – art-musique.

Candidats individuels et candidats issus des établissements hors contrat d’association avec l’État
Ils présentent l’épreuve dans les mêmes conditions que les candidats scolaires.

Les programmes limitatifs ont été publiés au BO n° 1 du 1er janvier 2015 et sont reproduits ci-après.

Musique – Enseignement de spécialité, série L

Le travail sur les œuvres suivantes ne peut circonscrire celui mené au titre des quatre grandes questions au programme de la classe terminale. Le professeur en alimente l’étude « par un choix diversifié de références musicales supplémentaires et complémentaires » (extrait du programme fixé par l’arrêté du 21 juillet 2010, B.O. spécial n° 9 du 30 septembre 2010).

  • Directions de travail : l’interprétation et l’arrangement

Germaine Tailleferre

Quatre opéras bouffes, petite histoire lyrique de l’art français, du style galant au style méchant, sur des livrets de Denise Centore, pour voix solistes et orchestre de chambre

  • Directions de travail : le timbre et le son

Jean-Philippe Rameau, ensemble d’œuvres

Cet ensemble de pièces de Jean-Philippe Rameau sera étudié prioritairement des différents points de vue qui président à ces directions de travail. Toutes les pièces et leurs « versions » imposées permettront d’approfondir la question de l’interprétation comme celle du timbre et du son. En outre, certaines d’entre elles permettront d’approfondir la question de l’arrangement. Si les interprétations précisées ci-dessous et aisément accessibles sur les plateformes de téléchargement légal seront les références pour l’épreuve du baccalauréat, les candidats gagneront, tout au long de leur préparation à l’épreuve, à les comparer à d’autres versions.

Premier livre de Pièces de clavecin

 

- Prélude

1 – Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

2 – Claudio Colombo, in album Rameau : complete piano music

Suite en sol

- Menuet 1 et Menuet 2

- Les Sauvages

- L’Enharmonique

1 – Alexandre Tharaud, in album Alexandre Tharaud joue Rameau

2 – Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Suite en mi

 

- Le rappel des oiseaux

 

1 – Robert Casadesus, in album Jean-Philippe Rameau

2 – Christophe Rousset, in album Rameau, pièces de clavecin

Pièces de clavecin en concerts

 

Premier concert

- La Livri

Quatrième concert  

- L’Indiscrète

1 – Christophe Rousset, Les Talents lyriques, in album Rameau : six concerts en sextuor

2 – Trevor Pinnock, in album Jean-Philippe Rameau, Complete works for harpsichord

  • Direction de travail : la musique, diversité et relativité des cultures

Richard Galliano

La valse à Margaux, dans New musette, Label bleu, 1995

C’est peut-être, Alain Leprest, dans Voce a mano, Saravah, 1992

Huit et demi – La Passerella d’addio, Nino Rota, dans Richard Galliano – Nino Rota, Universal, 2011

Taraf, dans Blow up, Sony / Francis Dreyfus Music France, 1997

Billie, dans Richard Galliano solo, Sony / Francis Dreyfus Music France, 2007

Aria, 2007, dans Richard Galliano – Bach, Universal, 2011 (dernière plage de l’album)

  • Direction de travail : la musique, le rythme et le temps

Wolfgang Amadeus Mozart

Sérénade « Gran Partita », Sib majeur, K361

Annexe 3 : concours 2016

 

Étiquettes : aca