Les autres langues

Certificat de compétence en Langues anciennes

L'université Paul Valéry propose une offre de formation sous forme de DU (Diplôme universitaire de latin ou de grec), aussi offerte en enseignement à distance. Les responsables de ces formations sont Aline Estève pour le latin, et Marie-Pierre Noël pour le grec.

 

Les DNL - Disciplines non linguistiques

2016 Rapport du jury des certifications complémentaires

Téléchargez le document (pdf : 435ko) : fichiers/pdf/dnl-certification_complementaire-rapport_2016.pdf

Présentation (Rapport 2010-135, novembre 2010, Inspection générale de l'éducation nationale)

Parce que l’Europe est une réalité avec ses 47 pays et ses 35 langues officielles parlées (l’Union Européenne comportant quant à elle 27 états indépendants et 23 langues officielles), la maîtrise d’une langue européenne autre que la langue maternelle  se  révèle  un  véritable  facteur  d’ouverture  et  d’insertion  sociale  et  professionnelle.

C’est dans ce contexte qu’en 1992 1 ont été créées les sections européennes ou de langues  orientales (SELO)  dans  les  collèges,  le s  lycées  généraux  et  technologiques, puis étendues en 2001 aux lycées professionnels. Ces sections ont pour objectif de favoriser l'ouverture européenne et internationale des établissements scolaires français du second degré et l'apprentissage des langues à travers un enseignement fondé sur les axes suivants :

• l’apprentissage renforcé d'une langue vivante étrangère au collège (deux heures par semaine)  à partir de la classe de 4ème (exceptionnellement en classe de 6ème );

• tout ou partie de l'enseignement d'une ou de plusieurs disciplines en langue étrangère à partir de la classe de seconde (économie-gestion, EPS, histoire et géographie, hôtellerie-restauration, mathématiques, sciences physiques et chimiques, sciences de la vie et de la Terre, management des organisations dans la filière STG...) ; on parle alors de discipline non linguistique (DNL) 2 , les lycéens pouvant, dans ce cadre, présenter un baccalauréat général, technologique ou professionnel avec une indication « section européenne » 3 ;

• la connaissance approfondie de la culture du pays de la section.

Depuis se sont succédé les textes insistant sur l’intérêt de ce dispositif et surtout l’importance de la maîtrise d’une langue vivante étrangère.

La loi d’orientation et de programme pour l’avenir de l’école du 23 avril 2005 4 fixe  les  objectifs  de  la  rénovation  de  l'enseignement  des  langues  vivantes  étrangères : « Le système éducatif de la France doit se porter au meilleur niveau européen. A cet égard, un double objectif est fixé : favoriser la poursuite d'études supérieures dans un pays européen et faciliter la recherche d'emploi sur les marchés français et européen du travail. Pour y parvenir, notre pays doit avant tout rattraper son retard dans le domaine de la maîtrise des langues étrangères. » .
Elle sera suivie du plan de rénovation de l’enseignement des langues vivantes étrangères 5 mis en place par le ministère de l’Éducation Nationale.
Il  s’agit  de  renforcer  l’enseignement  des  langues  vivantes  à  l’école  par  un  apprentissage  plus  précoce,  un  renforcement  de  l'or al  et  une  harmonisation  européenne des niveaux de langue. En outre, selon l’objectif fixé par l’Union Européenne, chaque élève doit être en mesure de comprendre et parler deux langues vivantes étrangères en plus de la langue maternelle. Il s’agit en effet de préparer les élèves à la mobilité européenne et internationale et à l’intensification des échanges  internationaux.  Un  enseignement  rénové,  dans  ses  modalités  d’organisation  et  dans  ses  contenus,  doit  donc  permettre  d’améliorer  les  compétences des élèves en langues, de rendre celles-ci plus accessibles et de privilégier l’apprentissage de l’oral, notamment au cours de la scolarité obligatoire.
Dans le titre premier du décret 6 qui fournit une assise réglementaire au plan de rénovation de l’enseignement des langues vivantes étrangères, le Cadre Européen Commun  de  Référence  pour  les  Langues  (CECRL)  est  adopté  pour  l’enseignement des langues dans les écoles et établissements secondaires publics et privés sous contrat. Les objectifs du CECRL concernent tous les aspects de la communication langagière, aussi bien l’oral que l’écrit, sans omettre les contenus culturels qui doivent constituer une entrée privilégiée d ans les apprentissages ; une priorité doit cependant être assignée à l’oral (compréhension, expression, interaction) dès l’école primaire et le collège. Autre étape importante dans la volonté de développer la maîtrise d’une langue vivante étrangère, le décret 7 pris en application de la loi pour l'avenir de l’École d'avril 2005  qui  organise  le  contenu  du  socle  commun  autour  de  sept  grandes  compétences qui définissent ce qu'aucun élève ne doit ignorer en fin de scolarité obligatoire dont la pratique d’une langue vivante étrangère . De plus, depuis la session 2008, la maîtrise du niveau A2 dans une langue étrangère est prise en compte dans l’obtention du brevet des collèges 8 . Enfin de nouvelles mesures 9 , dans le cadre du nouveau lycée, visent à donner une impulsion  forte  à  l'enseignement  des  langues  dans  la  continuité  du  plan  de  rénovation  de  l'enseignement  des  langues  vivantes  de  2005.  Ce  texte  vise  l'amélioration de l'organisation des enseignements de langues vivantes, notamment en élargissant le champ des enseignements en langue étrangère :
- dans l’ensemble du lycée, les enseignements en langue étrangère de disciplines autres que linguistiques doivent être encouragés par exemple en TPE, par la conduite d’un travail interdisciplinaire intégrant une langue étrangère y compris lors de l’évaluation ;
- dans les  parcours spécifiques permettant un enseignement de disciplines non linguistiques.
Dans tous les cas, même en dehors des SE LO, les professeurs qui dispensent cet enseignement  en  langue  étrangère  doivent  être  titulaires  de  la  certification  complémentaire. Les professeurs dis posant d’une compétence en langue étrangère sont invités à passer l’examen de certification complémentaire organisé dans les académies.
Cette importance de la maîtrise d’une langue vivante étrangère est prise en compte également dans les textes qui régissent les disciplines non linguistiques et en particulier les disciplines scientifiques. Ainsi dès le collège, dans l’introduction commune  aux  programmes de  l’enseignement  de  mathématiques,  de  physique-chimie, de sciences de la vie et de la Terre et de technologie 10 , les professeurs sont invités à travailler avec des supports en langue étrangère (textes, modes d’emploi, images légendées, cartes, sites ...) afin d’augmenter le temps d’exposition à la langue mais aussi d’ouvrir à une autre approche des sciences .

**********

1 Circulaire n° 92-234 du 19 août 1992 (B.O. n° 33 du 3 septembre 1992)

2. L’enseignement de disciplines non linguistiques en langue étrangère existe dans d’autres dispositifs :

- les sections internationales pouvant conduire à un baccalauréat L, ES ou S section internationale dit officiellement « option internationale du baccalauréat » 

- les sections Abibac conçues dans le cadre de la coopération franco-allemande de 1987 (délivrant le baccalauréat et l’Abitur allemand) ;

- les sections Esabac (délivrant le baccalauréat et l’Esame di Stato italien) et les sections Bachibac (délivrant le baccalauréat et le Bachillerato espagnol) depuis la rentrée 2010-2011.

.3 Arrêté MEN0301008A du 9-05-2003 (BO n°24 du 12-06-2003)

4. Loi n°2005-380 du 23 avril 2005

5. Circulaire n°2006-093 du 31 mai 2006 (BO n°23 du 8 juin 2006)

6. Décret n° 2005-1011 du 22 août 2005

7. Décret relatif au socle commun de connaissances et de compétences et annexe - Décret n°2006-830 du 11 juillet 2006

8. Note de service n°2008-003 du 9-1-2008 - BOEN n°3 du 17-1-2008

9. Circulaire n° 2010-008 du 29 janvier 2010 (B.O. n° 1 du 4 février 2010)

  

Étiquettes : aca