Mener un projet de sciences ou de technologie

Mener un projet de sciences ou de technologie

Articlé rédigé par Patrice FABRE, juillet 2015, modifié et actualisé d'après un article originel de florence GODARD, mai 2013.

Monter un projet de sciences ou de technologie

 

Le dispositif CSTI permet de monter des projets pédagogiques scientifiques. S’appuyant sur les enseignements disciplinaires, les projets de CSTI permettent aux enseignants de développer à la fois la culture scientifique des élèves et les partenariats entre l’École et les structures scientifiques. Au niveau local, des personnes ressources et des partenaires peuvent accompagner la démarche projet de l’enseignant. D'autres informations sont disponibles sur Eduscol.

Pour accompagner les enseignants dans la mise en place de leur projet, le ministère propose un vade-mecum pour mener un projet de sciences ou de technologie qui résume les démarches à mettre en place, les personnes ressources et les structures partenaires.

 

Trouver les personnes ressources et les partenaires

 

Dans le second degré :

  • les enseignants référents culture, nommés dans chaque lycée (se renseigner auprès des chefs d’établissement ou professeurs documentalistes).

 

Les possibles partenaires dans le cadre d’un projet de CSTI sont eux aussi nombreux :

  • soit les structures consacrées à la médiation scientifique comme les musées, les associations ou encore les parcs (Muséum Centre Européen de Recherches Préhistoriques de Tautavel ; Musée des dinosaures d’Espéraza, Planétarium Galilée, Parc zoologique de Montpellier zoo du Lunaret,  Aquarium Mare Nostrum, Seaquarium, Parc national des Cévennes Environnement, Parc naturel régional de la Narbonnaise, Réserve Marine de Cerbère, GRAINE,...)
  • soit les acteurs de la recherche comme les centres de recherche, les entreprises, les fondations ou encore les collectivités.  (CPIE Bassin de Thau, CIVAM Racines, SYDETOM 66, Epidaure, Visiatome CEA de Marcoule, Institut de Recherche sur le Développement (IRD), four solaire d’Odeillo, institut de chimie séparative à Marcoule,  écoles des Mines d’Alès, AGROPOLIS international, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique (LIRM), Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA), Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), SUPAGRO, Université de Nîmes, université de Montpellier, Université de Perpignan-Via Domitia (UPVD), IBM,  SANOFI,  VEOLIA, HORIBA ABX SAS,…)

Les coordonnées, en évolution permanente est consultable à cette adresse.

 
 

 
 

Navigation

Agenda


Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Evénements à venir