Speed-dating scientifique au Lycée Jean-Monnet

Dimanche 18 décembre 2016 - 09:30

 DECLICS 2016 au lycée Jean Monnet 

Un dispositif innovant pour l’orientation des lycéens

 

 

Mardi 15 novembre après-midi, onze chercheurs du CNRS dont trois anglophones ont investi le lycée Jean Monnet pour rencontrer 55 élèves de terminale Scientifique dans le cadre du projet DECLICS.

Le programme DECLICS est organisé par le Cercle FSER. Il a lieu cette année dans une dizaine de lycées, permettant à 400 lycéens d’interagir avec des chercheurs en biologie. Ces chercheurs, doctorants, ingénieurs d’étude, chargés de recherche, professeur d’université, se déplacent dans les lycées pour une demi-journée d’échanges.

Cette manifestation intervient au moment où les élèves de terminale doivent concrétiser leur projet d’orientation. C’est donc une opportunité unique pour eux de confirmer leur choix ou de se découvrir de nouvelles motivations.

« …Cela m'a permis d'apprendre beaucoup de choses que j'ignorais complétement et j'ai trouvé cela très sympa. Cela m'a permis aussi de remettre en question mes choix d’orientation, de plus y réfléchir. Si j'obtiens mon bac, je pense plutôt me diriger vers une école d’ingénieur, le plus dur maintenant serait de se faire accepter ... Mais je suis déterminée maintenant avec des pensées et envies plus claires puisque je sais a peu près ce que je veux faire. Merci beaucoup. » Assia

 

30 min de conférence

Reini De Luco, chef de groupe à l’institut de Génétique Humaine et  lauréate 2016 du CNRS et de la fondation schlumberger, a animé la conférence portant sur le processus de construction du savoir, et les métiers de la recherche.

« J'ai bien aimé la conférence à la géode : elle était accessible à des élèves de terminale S. La chercheuse menant la conférence ne s'est pas contentée de décrire en surface le métier de chercheur mais nous a donné un aperçu plus concret en se prenant elle-même en exemple. Ainsi, nous apprenons qu'être chercheur demande une certaine créativité, que ce métier amène beaucoup à voyager (aspect social). Nous comprenons le projet mené par la chercheuse contre le cancer (aspect scientifique), et enfin nous découvrons qu'il existe deux types de recherches : l'une fondamentale (pour construire le savoir), l'autre appliquée (pour utiliser les connaissances de manière concrète) ». Bertille

1h30 de speed-dating 

Inspiré des sites de rencontres, ce format est devenu un outil très utilisé pour développer les échanges au sein des partenariats.

Moment de dialogues entre les lycéens et 11 chercheurs par groupe de 5 ou 6 par table : Toutes les 12 minutes les chercheurs changent de table pour discuter avec un nouveau groupe.

« J'ai apprécié cette rencontre pour différentes raisons. 

Pour commencer cela m'a donné une idée bien plus précise du métier de chercheur qui restait très vague dans mon esprit. Si pour moi, avant la rencontre, un chercheur passait toutes ses journées dans un laboratoire, je sais dorénavant que ce n'est que partiellement le cas. Il y a en effet dans son travail une place importante qui doit être consacrée à la communication et aux échanges entre scientifiques. Afin de rester au courant des dernières avancées mais aussi de s'entraider si cela est nécessaire. Il est de plus souvent mené à se déplacer partout dans le monde, dans le but d'étudier un milieu en particulier ou encore d'apprendre de nouvelles méthodes. 

Si c'est un métier à vocation, je me suis aussi rendue compte que ce n'est parfois qu'au cours de leur étude que cette passion leur est apparue et qu'ils ont décidé de continuer jusqu'au doctorat. 

Enfin le dernier critère, auquel je n'avais pas vraiment réfléchi auparavant,  mais qui me semble être l'un des points les plus positifs de ce métier est l'infinité des sujets qu'ils peuvent choisir de traiter. Leur permettant (en tout cas dans la recherche publique et bien qu'il doit y avoir des exceptions) de travailler sur un sujet qu'ils les préoccupent réellement. »  Lise 

 

 « J'ai apprécié la séance de "speed-dating". Assis à des tables par groupe de quatre élèves, toutes les douze minutes un chercheur différent venait s’assoir à une table. J'ai apprécié trois éléments : d'une part que l'interaction orale soit plus aisée (grâce au faible effectif des groupes) nous pouvions ainsi dialoguer et poser les questions. D'autre part l'organisation a très bien été menée : le temps de discussion de douze minutes suffisait à échanger l'essentiel sans pour autant laisser place à des périodes de flottements. Enfin, rencontrer autant de chercheurs (plus ou moins centrés sur le même sujet) témoigne de la diversité des recherches. Ce dernier point me semble important car il nous aide aussi à comprendre qu'un projet touche à de multiples domaines de recherches, que l'on ne peut pas résoudre le "puzzle" tous seul mais par interactions avec d'autres personnes (pas forcément des scientifiques). Que le mythe du chercheur seul dans sa bulle et rigide soit ainsi démonté m'a plu. » Bertille

1h de temps d’échanges avec les enseignants

Les discussions ont porté sur les opportunités de Partenariat entre chercheurs-enseignants de SVT afin de créer du lien entre lycée et organismes de recherche ainsi que les possibilités d’échanges entre les laboratoires de recherche et le lycée Jean Monnet. Cela a également permis d’aborder les dernières grandes avancées dans le domaine de la biologie.

«  Un retour très positif sur ce dispositif innovant, des échanges de proximité en petit effectif ont facilité le dialogue entre chercheurs et lycéens. De l’implication et de l’enthousiasme de la part des  élèves mêmes de ceux qui d’habitude sont plutôt réservés. Pour certains cela les a confortés dans leur choix, pour d’autres, la découverte non pas du mais des métiers de la recherche leur a ouvert de nouveaux horizons. Une réussite pour cette demi-journée à ouvrir aux premières… » F. Naudin, professeure de SVT

Informations complémentaires : 

contact@cerclefser.org

frederique.naudin@ac-montpellier.fr

Navigation

Agenda


Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Evénements à venir