Quand les activités humaines amplifient le risque majeur "inondation"

Quand les activités humaines amplifient le risque majeur "inondation"

Travail réalisé par Nathalie Parquet - 25-06-2011
Lycée Pablo Picasso - Perpignan

1 - Etude d’un document historique sur l’aïguat de 1940 des Pyrénées-Orientales

A partir de la lecture du témoignage de Mr Conill, directeur de l’école honoraire de Vernet-les-bains en 1940 (extrait du livre de Gérard Soutadé « les inondations d’octobre 1940 dans les PO » ed conseil général des Pyrénées orientales, archives départementales), répondre aux questions suivantes :

a. Quelles sont les deux causes météorologiques de cet aïguat à Vernet ? Les deux causes météorologiques sont :

  • des pluies diluviennes (orages, environ 1 mètre d’eau a été recueilli par les pluviomètres en 48 heures),
  • la fonte de neiges tombées quelques semaines avant et accentuée par un vent du sud

b. Citer quelques dégâts importants. Voici quelques dégâts importants :

  • Une trentaine d’immeubles complètement détruits,
  • Une vingtaine d’immeubles partiellement démolis,
  • Tous les ponts écroulés,
  • Des centaines d’hectares de jardins, de champs, de prairies, vergers disparus,…

c. Quels sont les facteurs (autres que météorologiques) qui ont amplifié le phénomène ? Les facteurs qui ont amplifié le phénomène :

  • Un petit séisme ? (jamais prouvé car pas enregistré par des sismomètres)
  • Un faible boisement du versant septentrional du Canigou. La végétation n’a pas pu « remplir son rôle d’absorption et de fixation de l’eau de pluie ».

d. Quelles étaient les propositions du directeur d’école pour éviter qu’une autre catastrophe de cette envergure se reproduise ? Les propositions du directeur d’école

  • Creuser des lits de rivières encaissés avec des quais solides,
  • Boiser toutes les pentes et les abords des ravins,
  • Etablir des barrages en gradins destinés à retarder le ruissellement des eaux de pluie,
  • Planter des arbres.

2 - Explication du phénomène climatique méditerranéen : l’épisode méditerranéen

Explication du phénomène sur le site de météofrance : http://pluiesextremes.meteo.fr/episodes-mediterraneens_r48.html

Activité :

a. Etude de la carte de cumul des précipitations

- Décrivez la répartition du cumul des précipitations.

carte des précipitations

On observe une répartition concentrique centrée sur le vallespir, au niveau de Saint-Laurent-de-Cerdans. On observe une diminution progressive des précipitations du sud-est vers le nord-ouest. Il est tombé 1 mètre d’eau en 24h à l’usine électrique de la Llau le 17/10/40.

- Proposez une hypothèse pour expliquer cette répartition.

La pluie devait venir du sud, de l’Espagne et les nuages ont été bloqués par les reliefs (notamment le Canigou).

b. Etude d’une carte de la pression atmosphérique en octobre 1940 (source : meteopassion.com)

- A partir de la lecture de cette carte, indiquez dans les ronds les centres dépressionnaires (D) et les centres anticycloniques (A). Cette carte est-elle en accord avec votre hypothèse ?

carte méteo

Historiquement, on a observé une zone dépressionnaire complexe des îles britanniques à la péninsule ibérique et au Maroc. Un anticyclone puissant était centré sur la Russie et un autre se situait au centre de l’Atlantique et au nord-ouest des Açores.

Flux

Un flux de sud-est généré sur le sud de la France a amené des masses d’air chaud, humide et instable alors que des masses d’air froid polaire arrivaient sur l’Espagne (Cf. schéma ci-contre). Le conflit de ces masses d’air a crée une perturbation qui est remontée lentement sur les PO. Cette perturbation a ensuite été bloquée par l’anticyclone et les montagnes sur les versants sud. Ce blocage a duré 5 jours, du 16 au 20 octobre 1940 avec un paroxysme le 17.

La présence d’un vent d’est à sud-est (= marin) a accentué les inondations en ralentissant l’écoulement des rivières vers la mer.

3 - Modélisation du rôle du boisement des bassins versants d’une rivière lors de pluies torrentielles de type épisode méditerranéen.

- Concevez un protocole expérimental qui permettrait de montrer l’influence de la présence de végétation au niveau des bassins versants d’une rivière sur son débit en cas de pluies importantes.

Voici un modèle de maquette :
Modèle A : un bassin versant sans aucune végétation avec le lit d’une rivière sans aucun aménagement.
Modèle B : le même bassin versant avec de la végétation (pelouse et blé) et un « enrochement » des berges de la rivière.


les deux modèles

 

Ensuite, il suffit de faire couler de l’eau avec un arrosoir sur les deux bassins versants. On observe une coulée de boue qui s’accumule au bout de la vallée dans le modèle A. Par contre, il n’y a pas d’eau dans le modèle B (Cf, vidéo).

Bassin versant sans aucune végétation


Bassin versant avec végétation

 

Les résultats obtenus sont à comparer avec les conséquences des inondations d’octobre 1940 dans les PO :

Amélie les bains
Amélie les bains

Villefranche de Conflent
Villefranche de Conflent

4 - Sortie sur le terrain

Depuis, 1940 de nombreux travaux ont été réalisés afin d’éviter que de telles catastrophes se reproduisent.
Une sortie sur le terrain pour observer tous les aménagements (barrage, enrochement des berges, reboisement,…) peut alors être envisagée.

Ci –dessous, un document montrant le reboisement réalisé depuis 1940.

Reboisement

Evolution des surfaces boisées par bassin versant entre 1942 et 2000
Source : http://www.vallee-du-tech.com/siv-5000.php

Navigation

Agenda


Lu
Ma
Me
Je
Ve
Sa
Di

Evénements à venir